Une première série de propositions / certains de nos collègues ne manquent pas d’idées, merci à eux….

REAJUSTER LE MANAGEMENT DE l’ASECNA 

Pour être réellement performante et relever les défis à venir, la direction de l’entreprise l’ASECNA devra agir sur trois leviers fondamentaux : la culture, la structure, le Personnel.

Il lui faudra ainsi :

 Changer la culture,  c’est-à-dire  les comportements, l’état d’esprit des top managers et autres agents, ceci par l’intégration de nouvelles valeurs : la stimulation de la performance à tous les échelons de l’entreprise et la reconnaissance de la contribution de chacun. Le préalable serait d’enlever les mauvaises herbes,  certains blocages culturels  de l’environnement ASECNA, à la base de plusieurs dysfonctionnements, en l’occurrence : 

-          la politique du (gros) ventre et la culture de l’impunité qui explique que l’ASECNA est trop souvent considérée comme une structure à la richesse inépuisable, à laquelle on ne s’identifie pas et dont on cherche à tirer le maximum d’avantages, de profit et d’argent. Les sanctions découlant des infractions à la réglementation et des malversations financières sont parfois inversement proportionnelles à la gravité des délits ; 

-          l’art de contourner les normes, principes et règles souvent perçu comme facteur de pouvoir et de considération. Ceux, capables de fouler allègrement du pied les  règles et procédures aussi complexes soient-elles, sont craints et respectés ; 

-          l’exploitation du droit d’aînesse et la réalité du « grand frérisme » qui veut que le plus âgé soit le plus compétent. Or, on observe que le plus compétent pour occuper un poste de responsabilité n’est pas forcément le plus âgé. Mais, il est souvent donné de constater que le cadre dynamique et compétent est écarté au profit des « anciens » ; 

-          le conformisme et ses obstacles qui font que toutes les formules sont bonnes pour empêcher ou décourager  ceux qui veulent s’impliquer, susciter des améliorations ou des changements. Ils sont perçus à tort comme faisant preuve d’ambition déplacée (des petits agités qui se calmeront tôt ou tard) ; 

-          le mythe du chef qui explique que tout asecnien est de fait un sujet de sa majesté. Les chefs, grands pourvoyeur de largesses, octroient à tout – va à leurs protégés, promotions, missions, formations, bonbons… Par ailleurs, exprimer ouvertement ses idées au chef est souvent perçu comme un non respect de l’autorité. A l’ASECNA, le mythe du chef entraîne de fait des blocages en matière de communication verticale. Les collaborateurs chargés de mettre en œuvre les décisions n’expriment que rarement leur point de vue ; 

-          les effets pernicieux de l’esprit communautaire fondés sur des  considérations claniques. Les agents assurent la protection de leurs « parents » bien souvent en infraction des dispositions prévues par les textes. La force des liens de solidarité amène à se servir de l’ASECNA comme un  lieu générateur d’œuvres sociales. 

Changer la structure en l’allégeant, et rendre l’organigramme plus opérationnel en supprimant certains paliers  (services ou départements). L’organigramme actuel de l’ASECNA étant trop fragmenté, le processus de prise de décisions ainsi que l’efficacité dans la mise en œuvre de procédures  et de plans stratégiques s’en trouvent affectés. Par ailleurs, la multiplicité des niveaux hiérarchiques encourage la lutte dissimulée pour le pouvoir dans la mesure où chaque responsable cherche soit à préserver sa position hiérarchique soit à destabiliser celle de son supérieur. 

Changer le mode de gestion du Personnel et considérer qu’une gestion efficiente de l’entreprise ne saurait être un humanisme. Pour cela : 

-          appliquer des principes de gestion du Personnel s’inspirant de la Loi de Pareto ; à savoir que 20 % des effectifs permettraient d’atteindre 80% des objectifs. Pour ce faire, instaurer un système d’évaluation des emplois et performances et « rationaliser » les effectifs à long terme ; 

-          mettre les postes de chefferie en vacance ; recourir à l’expertise de cabinets spécialisés et faire correspondre les profils de compétences aux exigences des emplois considérés sans que la « géopolitique » ne soit un facteur limitant,  

-          valoriser le capital humain  et promouvoir aux postes de management opérationnel et stratégique  des agents  jeunes et compétents, capables d’insuffler une nouvelle dynamique et de traduire les visions stratégiques du Directeur Général en réalisations concrètes. Les « doyens » (qui le plus souvent ont modifié leur âge) aux paupières lourdes après 14 heures, gagneraient à occuper des positions moins sensibles de chargés de mission,  à rejoindre le staff des experts des DGAC, de l’OACI, de l’IATA ou à partir à la retraite, 

-          reconsidérer le système de promotion actuellement en cours, dont les dispositifs aberrants permettent à des Bac – 3  de souche de passer (faux) cadres de Conception avec le minimum d’efforts, de moyens  et de temps. 



14 commentaires

  1. Pitch 18 octobre

    J’espère que Diop fera son coming out en janvier 2011 et que le nouveau DG le mettra à la communication car quelle pertinence et quelle magnifique rôle joué dans la dénonciation des aberrations vécues ces dernières années qui paraissent s’accélérer ces derniers temps.
    Ceci dit le nouveau DG doit réfléchir à la possibilité de laisser un espace de libre expression. C’est un élément contributif à la bonne gouvernance.

  2. YES! 18 octobre

    Je te réponds Ric en envoyant à Diop du blog un tableau avec toutes les informations qui confirment que oui les administrateurs, sous l’encouragement empressé du PCA, se sont octroyés des hausses de per diem.
    C’est complètement affligeant et l’asecna est perdue!

  3. Modérateur 17 octobre

    Je vous rappelle que les commentaires postés sur ce blog doivent être constructifs et respectueux d’autrui.
    Les propos visant à dénigrer les européens ou encore nos collègues ressortissants d’Afrique centrale qui se multiplient ces derniers temps sont systématiquement censurés et continueront à l’être. L’ASECNA est le meilleur exemple qui puisse exister que la compétence comme l’incompétence ne sont pas le monopole d’une couleur ou d’une nationalité :pour chaque pays membre de l’asecna, y compris notre partenaire français, il est aisé de citer le pire comme le meilleur en matière de ressources humaines.
    Donc, stop aux incitations à la haine de l’autre et restons construtifs, des contributions positives peuvent être apportées au prochain DG et il est inutile de s’attarder sur le reste.

  4. kado ou pas 15 octobre

    Le futur Dg n’est pas gâté flanqué d’administrateurs pourris, de directeurs aussi voyoux qu’incompétents, d’un agent comptable carrément hors sujet, d’un poste de cf vidé de toute sa substance (que ce soit avec l’interim actuel ou avec le toubab ammorti que l’on cherche à adouber à ce poste) et d’une bonne partie du personnel complètement pervertie par la recherche éperdue de complément de salaires sans travailler qui a été rendue facile par la distribution d’indemnites pour un oui ou pour un non et surtout l’extraordinaire boom des indemnités de mission. L’asecna est un cadeau empoisonné et je souhaite bien du courage a ce nouveau directeur.

  5. quitus 15 octobre

    au vu de la mauvaise tenue des comptes, l’agent comptable ne devait pas obtenir son quitus pour 2009. La stratégie qui a finalement été retenue avec le dg est d’acheter ce quitus pour la modique somme de 200 millions. L’asecna a acheté le silence de la nouvelle CVC en accordant au cabinet de l’un de ses membres un juteux marché d’inventaire des immobilisations. Au final, l’achat du silence de la commission va couter très cher car il faut y ajouter tous les frais de déplacements et hébergement de la 20aine de personnes envoyées par le cabinet du prèsident de la cvc. On entre dans un très vilain engrenage car chaque année, il faudra passer à la caisse, le niveau des carences comptables est trop profond et l’agent comptable n’est absolument pas compétente pour redresser la situation. Le futur dg aurait sans aucun doute interêt à la lacher et á la faire virer faute de quitus : rendez vous en juillet 2011!

  6. odeurs 14 octobre

    L’asecna sent très mauvais avec ses administrateurs qui se cachent pour prendre de décisions allant à l’encontre de toute bonne gestion, un duo PCA/conseiller technique sans aucune conscience de la MISSION dévolue à leurs postes, un directeur et son agent en pleine collusion pour se positionner à un poste stratégique alors qu’il ne présente pas le 1/100ème des compétences nécessaires à ce poste, avec ce ministre sénégalais qui lance un audit n’ayant pour d’autres objectifs que d’obtenir une vision très précise du montant de tréésorerie disponible, un duo PCA/DG qui pendant 5 ans se sont systématiquement attelé à détruire l’Agence et en guise d’apothéose qui ont rédigé une nouvelle convention dans laquelle ils ouvrent clairement la porte à la possibilité de donner de l’argent aux états (c’est explicitement écrit) et la liste est longue.
    Pour avoir travaillé avec Guiteye, je sais qu’il aura de la bonne volonté à son futur poste mais tous ses éléments nauséabonds font que je ne suis pas optimiste sur l’avenir de mon frère à cette place empoisonnée. Puisse Dieu lui venir en aide…

  7. asecna 14 octobre

    Concernant les deux intriguants de la DAF, demandez donc à un de nos collègues qui étaient aux investissements à la DAF pourquoi ces deux personnages l’ont forcé à quitter cette direction il y a quelques mois alors même qu’il s’était opposé à certaines opérations avec des fournisseurs qui n’avaient pas respecté les procédures.très bizarre cette histoire et ça sent la magouille daf et fontaine avec certains fournisseurs.

  8. RIC 13 octobre

    Quelqu’un peut il nous donner plus d’infos sur cette hausse des per diem que les administrateurs et le pca ont signés en cachette à Moroni parce que j’ai entendu parler de cela dans les couloirs mais personne n’a pu pour l’instant me donner de chiffres. C’est quoi encore cette affaire louche? si c’est vrai, on peut se dire que définitivement on est foutu car cela signifie que même notre conseil est coupable de gabegie.

  9. BAOL encore moi! 13 octobre

    Je vous rappelle mon programme qui, même si je n’ai pas été élu, reste totalement d’actualité à savoir, ce qui attend le futur DG si il veut vraiment travailler (condition nécessaire mais hélas pas suffisante tellement de nombreux paramètres doivent être intégrés):
    - nommer de nouveaux directeurs ayant un profil en totale adéquation avec leur poste c’est à dire un financier aux finances, un DRH (un vrai et surtout pas un syndicaliste), une DEE sobre et performant, un vrai directeur de l’informatique que je transformerai en véritable DSI positionné à côté du DG, un diplomate au cabinet, etc.
    - remettre la discipline à l’ordre du jour passant à la fois par les horaires de travail mais également le respect des règles (punition sans appel des contrevenants) ;
    - pour la valeur de l’exemple, annulation de la décision prise en juillet concernant la réévaluation des perdiem et la prise en charge du CODIR. Cette décision amplifie la scandaleuse décision de décembre 2007 et, sur la base de son expérience des Nations Unies, le DG doit entreprendre rapidement une réforme de tous ces abus qui ne sont rien d’autres que du détournement de deniers publics. Se référer aux bests practices internationalement utilisées et incontestables même pas les administrateurs ;
    - création d’une commission concernant les missions devant examiner le bien fondé de chaque mission: un cahier des charges devra être établi préalablement à toute mission et, une fois la mission effectuée, le compte-rendu sera passé aux cribles avec passage à l’oral du missionnaire à son retour devant la commission.
    A l’instar de ce qui se fait dans les autres organismes internationaux, les missions se dérouleront entre le lundi et le vendredi ;
    - à titre symbolique, suppression de la mission qualité dans son format actuel et licenciement sec de leurs chantres trop à l’image des profonds dysfonctionnement actuels. Embauche de véritables spécialistes de cette démarche qui sera jouxtée à la démarche PGI (le DSI sera notamment recruté sur la base de ses compétences en la matière). La démarche actuellement entreprise pour l’implantationdu PGI, pour sa partie purement informatique, sera momentanément interrompue, l’équipe actuelle ayant mis la charrue avant les boeufs. Priorité sera donnée à la mise à plat des processus et leur réingénieuring à l’instar de ce qui s’est fait partout ailleurs (dans les démarches qui ont marché). Un tel projet coûte trop cher pour qu’on laisse faire une démarche d’amateurs ; l’important n’est pas d’avoir un PGI vite et bancal mais plutôt d’avoir un PGI en totale adéquation avec les besoins d’une ASECNA performante. Compte-tenu des sommes et des intérêts en jeu, aucune légèreté ne doit être admise ;
    - en lien avec le point précédent, priorité durant la 1ère année mise sur la rédaction et/ou la réactualisation des procédures et des manuels autant dans les domaines techniques comme administratifs. Ensuite diffusion, information et formation de tous les personnels concernés ;
    - après un an d’application de toutes ces orientations, lancement d’un vaste programme RH d’analyse des compétences de tous les agents. La mise en place d’un nouveau management peut insuffler des changements mais cela peut ne pas être suffisant, il faudra donc à un moment se pencher sur la qualité de toutes les ressources humaines, leur adéquation au poste où elles sont, les besoins complémentaires de formation, les personnes dont il faudra se séparer, etc.

    Le chantier est très vaste… le nouveau DG en aura t il la carrure?

    RDV le 1er janvier 2011, après un mois d’activités on sera vite édifiés.

  10. BLANCO 12 octobre

    Disons les choses franchement le chef de service des investissements est à l’ASECNA pour servir ses intérêts en premier et en second ceux de certaines entreprises françaises qui le backshishe bien grassement.
    On peut effectivement se demander pourquoi par exemple le bureau de ce monsieur est un passage obligé pour de nombreux gros fournisseurs de l’ASECNA (l’un des exemples les plus grossiers étant le représentant d’iNEO ).
    Oubandawaki avait bien compris la nuisance représentée par ce type de blanc et en conséquence il l’avait bien isolé à l’ERNAM. L’accès aux fournisseurs étant tellement lucratif, le chef de service candidat au poste de CF a beaucoup intrigué avec l’équipe arrivée au pouvoir en 2005 pour revenir à un poste à « haute valeur ajoutée ».
    En fait, on peut regretter qu’Oubandawaki ne soit pas aller jusqu’au bout de la démarche et ne l’ai pas virer purement et simplement. Espérons que le nouveau Dg en ait lui le courage et que cela mette fin à des années d’intox concernant la présence française à l’ASECNA. C’est à nous de choisir de les garder ou non et non pas le contraire car après tout n’est ce pas nous qui payons leurs salaires.

  11. Informatique 12 octobre

    Propositions de chantiers dès janvier 2011 :
    auditer les travaux PGI et FREDA en cours qui, dans leur démarche, soulèvent de nombreuses interrogations et inquiétudes. Faites un sondage et vous verrez que les doutes sont nombreux et totalement légitimes…

  12. Ronaldo 12 octobre

    Ces propositions sont tout bonnement excellentes et leur lecture montre même que notre regretté Contrôleur Financier a fait des émules dans la puissance de sa réflexion et de ses propositions qui se voulaient toujours positivement tournées en faveur de l’amélioration du fonctionnement de notre Agence.
    En même temps, je suis tout bonnement atterré d’apprendre les manigances du chef de service des investissements même si en même temps elles ne doivent pas nous étonner concernant un monsieur dont on sait tous ce qu’il a fait (ou pas fait) à l’ASECNA c’est 25 dernières années.
    Les autorités françaises seraient stupides si elles validaient un tel choix mais, en même temps, doit on attendre grand chose d’intelligent concernant l’administration sarkozyienne!

  13. scandale! 11 octobre

    Un certain chef de service travaillant à la DAF est actuellement en France avec son directeur pour obtenir le poste de controleur financier qu’il convoite depuis des années.
    C’est un pure scandale et j’invite tous ceux qui ont un dossier sur lui à le sortir et à le faire savoir partout.
    Mettre à un tel poste, un tel monsieur plus que réputé pour ses manoeuvres intrigantes relève du scandale le plus pur.
    Si l’on prend en considération la force de ce blog dans la capacité qu’il a eu de déjouer toutes les intrigues de DG et PCA actuels, oeuvrons collectivement pour faire échouer une fois de plus ces tentatives totalement malsaines pour l’avenir de l’ASECNA.

  14. souad amidou 11 octobre

    Un grand bravo à toi Diop pour ton retour que l’on attendait depuis un moment et je vois que tu es toujours aussi pertinent. Puisse le futur DG tenir compte de tout ce qui peut se dire dans le cadre de ce forum d’échanges très instructif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Infos du jour |
Mosaïque |
Les Roses de l'Unité contre... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ADAM Vs KLAUS 2009 !
| Le blog de Madine France
| Relocalisation du collège J...