La route vers la refondation est longue

Prochain rendez-vous le 17 novembre à Ouagadougou 

Après la rencontre parisienne d’une partie de nos ministres, un fait est acquis : le DG et le PCA ont vu leurs derniers espoirs de renouvellement de leur mandat s’évanouir et la procédure pour leur remplacement est lancée. 

Une innovation est à noter : la mise en place d’une commission de vérification de la surveillance (CVS) qui sera pour les aspects techniques à l’ASECNA ce que la commission  de vérification des comptes (CVC) est pour les aspects financiers. 

En conséquence de cette innovation, un changement de la composition du conseil d’administration est en réflexion dans la mesure où d’une part les membres de la CVS seront des directeurs de l’aviation civile (qui ne pourront dès lors plus faire partie des administrateurs) et d’autre part les ministres semblent vouloir y mettre « leurs hommes ». 

Il est également question de la poursuite de la phase II de l’audit international, de la révision de la convention de Dakar qui devrait être signée en fin d’année par tous les pays et de la confirmation de la décision de faire des AAMAC l’organe en charge de la révision et de la supervision de la sécurité. 

La prochaine réunion des ministres aura lieu à Ouagadougou le 17 novembre et, à l’heure actuelle, nous devons poursuivre plus que jamais la lutte pour la remontée des informations vers nos hautes autorités, leur sensibilisation concernant l’état réel de notre outil de travail et la nécessité d’une rénovation en profondeur de notre structure.  En effet, lorsque l’on analyse l’orientation prise par les discussions des Ministres,  la gouvernance actuelle de l’ASECNA ne semble pas être actuellement appréhendée dans toutes ses dimensions. Il y a fort à parier que la solution qui consisterait à rétablir la bonne gouvernance par la seule création d’une CVS et/ou le changement des administrateurs ne suffisent pas à remettre l’ASECNA sur les rails. 

Une réflexion plus approfondie doit être menée sur la feuille de route à donner au prochain directeur général ainsi que sur la composition du corps managérial de l’Agence et l’état général de nos ressources humaines.  Par ailleurs, nos autorités doivent s’interroger sur le fonctionnement de l’ASECNA dans sa période de transition entre deux DG. En effet, durant les 14 mois à venir, l’ASECNA sera plus que jamais une institution à la dérive : jusqu’à présent le DG avait un niveau d’absentéisme important et une carence reconnue en matière de prise de décisions et d’orientation de son comité de direction ; maintenant qu’il sait qu’il ne sera pas renouvelé sa motivation à être présent et à s’impliquer sera réduite à néant, avec tous les conséquences que cela comporte en termes de « mismanagement ». 

A un moment donné, il faudra sans aucun doute que tous ces éléments soient abordés et analysés par nos autorités pour qu’ensuite des mesures conservatoires soient envisagées et prises.



Semaine de réflexion sur la refondation de l’ASECNA et la restauration d’une bonne gouvernance

Semaine importante pour notre institution qui est marquée par une réunion à Paris ce mardi d’une partie de nos ministres de tutelle et de leurs experts.

Il faut espérer que les vrais problèmes seront évoqués et que nos instances ne se laisseront pas berner par les beaux discours que ne manquera pas de tenir la délégation du Siège envoyée par le DG dont certains membres, connus pour leur manque total de scrupule, sont capables de dire une chose et de faire son exact contraire.

Globalement, les commentaires suscités par ce blog convergent dans leur grande majorité vers un constat : d’énormes problèmes de GRH qui induisent toute cette mauvaise gouvernance aujourd’hui reconnue par nos autorités (absence de stratégie, mauvaise gestion des investissements, explosion de certains coûts, problème de corruption, projets comme la qualité menés en dépit du bon sens, etc.). Le fonctionnement du Conseil d’Administration est également interpellé  concernant tout à la fois la qualité du PCA lui-même à assurer correctement son rôle et également le sens de responsabilité des administrateurs .

Pour redresser l’ASECNA, des réformes devront forcément être lancées et, au stade de réflexion où en sont nos instances, continuons ensemble,  avec ce blog, de lutter pour la transparence et contre la désinformation : la vérité sur l’état actuel de notre agence doit être dite, les causes profondes de cette situation analysées pour qu’ensuite des actions soient pensées et planifiées afin de mettre en place un gestion digne du XXIème siècle dans un secteur de pointe.

Oeuvrons ensemble pour que la résistance se poursuive et continuez à apporter vos contributions!

 

 

 



Infos du jour |
Mosaïque |
Les Roses de l'Unité contre... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ADAM Vs KLAUS 2009 !
| Le blog de Madine France
| Relocalisation du collège J...