Cap sur la mi-décembre 2009!

La résistance continue…

A mesure que les infos transpiraient sur le déroulement de la semaine de réunions statutaires à Ouaga et à la lecture du dernier flash info diffusé à l’issue de la visite à Dakar des autorités française et sénégalaise,  l’aveuglement des autorités face aux beaux discours de la DG et l’autosatisfaction généralisée ont failli vaincre l’esprit de résistance qui a conduit à la création de ce blog.

Depuis lors, plusieurs éléments rassurants sont intervenus pour encourager la démarche :

- l’annonce de la volonté affirmée des Ministres de Tutelle de ne pas renouveler le mandat de ce DG et de son PCA, révélatrice d’une certaine lucidité à leur sujet ;

- l’accent mis par les Ministres sur la sécurité et la gouvernance résonnant comme un écho à l’appel lancé à leur attention avant la tenue de leurs réunions ;

- le sursaut des représentants des travailleurs du Siège qui, réalisant qu’ils avaient été complètement endormis par les discours de nos dirigeants à Abidjan (et plus particulièrement le DRH), en ont appelé à un réveil général et à la résistance ;

- et surtout, un message encourageant émanant d’une haute autorité de l’ASECNA (non publié à la demande de son auteur) appelant à une poursuite du mouvement de résistance impulsé avec l’ouverture de ce blog et demandant d’accorder du temps pour la structuration d’une action de la part des autorités de tutelle.

Dès lors, cap sur la mi-décembre, période à laquelle une réunion extraordinaire des Ministres est prévue. Durant les cinq mois à venir, il importe de rester actifs et d’organiser la résistance.

Deux axes peuvent être priorisés, sans en exclure d’autres :

1) communiquer et diffuser l’information sur l’ASECNA en faisant notamment connaître ce blog à toute personne travaillant de près ou de loin avec l’Agence : l’omerta concernant l’ASECNA doit être rompue et le régime d’impunité mis en place par l’équipe dirigeante doit être dénoncé. La diffusion des faits nous concernant doit contrecarrer ce discours quasi généralisé de la DG à l’égard de l’extérieur (y compris des autorités de tutelles)  qui consiste à dire que tout va bien et que nous sommes les meilleurs.  

2) augmenter la pression sur l’administration et la coopération de toutes les personnes de bonne volonté est sollicitée : ce blog peut servir de relais au déclenchement d’une véritable opération mains propres par la constitution de dossiers sur les malversations qui pourrissent notre cadre de travail. L’idée n’est pas de faire l’apologie de la calomnie ou de la délation mais plutôt de faire la promotion de la dénonciation civique à l’image du mécanisme « d’alerte éthique » français ou de la loi américaine qui impose aux sociétés cotées d’établir des procédures permettant aux employés de signaler des fraudes ou malversations comptables ou financières.

Ces orientations d’actions exigent la mobilisation de toutes les personnes de bonne volonté sans lesquelles ce blog, à lui seul, n’aura qu’un champ d’action bien limité. La coopération du plus grand nombre est donc vivement attendue. Je vous rappelle que l’anonymat sera totalement respecté : tout envoi de fichier pourra être fait sur l’adresse souleymanediop2009@live.fr .

Concernant les commentaires, pour rester fidèle à l’objectif poursuivi, il importe plus que jamais, de rester corrects et professionnels. Jusqu’à présent, la censure a été relativement souple dans le but de donner une image la plus vraie possible de l’atmosphère régnant actuellement à l’ASECNA, mélange de rancœur chez certains et de sentiment d’iniquité chez d’autres, le tout se mêlant dans un grondement général. Après la visite de presque 3000 visiteurs, on peut considérer que le climat de la DG est désormais bien perçu aussi  les propos diffamants et injurieux seront-ils systématiquement filtrés.

La résistance ne doit pas être dévoyée et je crois pouvoir compter sur la compréhension de tous !



Lettre ouverte aux instances de tutelle de l’ASECNA

Pour une instauration de la bonne gouvernance dans une institution à la dérive

La semaine prochaine se dérouleront à Ouaga les réunions statutaires annuelles de l’ASECNA (Conseil d’Administration et Comité des Ministres) et c’est l’occasion d’interpeller nos Autorités sur la situation de profonde déliquescence dans laquelle se trouve notre outil de travail : l’ASECNA est une institution sans aucune autorité et totalement à la dérive. Elle est devenue une cagnotte ouvertement aux services de voyous avec, à sa tête, un DG autiste et totalement absent. 

L’accueil reçu par ce blog conforte ce diagnostic qui, de façon répétée et parcellaire, a été établi par plusieurs organes ou personnes à l’ASECNA : (re)lisez les rapports annuels de la CVC, des auditeurs externes, du contôleur financier ou encore le dernier compte-rendu de réunion de la commission des marchés qui vous sont régulièrement transmis.  Vous verrez que les problèmes de procédures, l’absence de contrôle et de discipline, le manque de rigueur dans la gestion, les dérives des investissements, etc. ont été et sont régulièrement soulignés. 

Même cet actuel DG a, avec son état des lieux établi en début de mandat, dressé un portrait peu glorieux et sans concession de l’ASECNA. Mais, fort de ce constat, qu’a t’il fait ensuite ? rien…  Deux ans plus tard, à la surprise générale (car nous l’avions même oublié), son document a été imprimé à grands frais et largement distribué pour venir empoussiérer nos étagères ! 

Le seul actif de ce DG a finalement été la chasse aux sorcières à laquelle il s’est livré quelques mois après son arrivée et depuis plus rien : il laisse faire toutes les dérives auxquelles on assiste actuellement. Un léger «retard à l’allumage» est pardonnable ; un excès d’inconscience, non, surtout quand il s’assimile à une pulsion suicidaire pour notre entreprise. 

Ainsi, aujourd’hui nous sommes nombreux à éprouver un profond malaise. En parcourant ce blog, vous aussi, vous sentirez le grondement général, la rancœur de certains mais aussi le sentiment d’iniquité qui parcourt, comme une lame de fond, l’ASECNA.  En effet, l’ASECNA au quotidien est une entreprise dans laquelle, avec justesse, des abus sont régulièrement et ouvertement dénoncés et aucune mesure, ni de correction et encore moins de rétorsion, n’est prise. C’est ainsi que les malversations et la malhonnêteté se trouvent encouragées. 

Cette corruption est engendrée tout à la fois par le manque de morale de nos dirigeants et le mauvais fonctionnement de nos institutions et c’est là que vous êtes interpellés!

Nous attendons de vous la promotion de la bonne gouvernance à l’ASECNA.  Gérer les affaires économiques, publiques et privées grâce à des institutions, des mécanismes et des procédures connues, dans l’efficience et l’équité en vue d’un bien-être des individus et de la collectivité. C’est là une définition de la bonne gouvernance et c’est cela que souhaiterions voir promu à l’ASECNA ! 

Comment cela peut il se faire ? Le Conseil d’Administration doit en tout premier lieu cesser d’être une simple boite aux lettres qui se contente de valider tout ce que lui soumet la DG. Les administrateurs doivent conserver à l’esprit que l’ASECNA est leur outil et non pas le contraire. 

Ainsi, le Conseil ne doit plus rester muet après les interpellations qu’ont pu faire régulièrement les organes telles que la CVC, le cabinet chargé de l’audit externe des comptes, le contrôleur financier et même l’audit, pourtant complaisant, demandé par l’Etat du Sénégal et supervisé par l’OACI. L’un des rôles du Conseil est de juger. On attend donc que le Conseil évalue, et corrige les propositions présentées par la DG plutôt que de quasi systématiquement les amender les yeux fermés. Les cadres qui dirigent l’institution doivent être évalués notamment sous l’angle de la qualité des résultats obtenus. Le Conseil doit s’assurer que les orientations, les objectifs et les budgets qu’il a approuvé sont respectés et des comptes doivent être demandés à qui de droit. 

Au stade où nous en sommes, peut être sera t’il nécessaire de procéder à un audit structurel de l’Agence et de ses ressources humaines pour qu’ensuite une réforme en profondeur puisse être engagée. Celui-ci devra être totalement indépendant, seule assurance de sincérité : ne demandez surtout pas à la DG de le gérer de bout en bout à l’instar de ce que vous avez fait pour celui récemment réalisé pour satisfaire la demande du gouvernement sénégalais, vous n’aboutiriez à rien sauf à un vaste gaspillage de fonds. 

L’ASECNA est à un tel stade de déliquescence qu’elle ne trouvera pas de ressort en interne pour réagir et sa bonne santé financière permet de supporter le coût d’une réforme en profondeur et de qualité commandée et supervisée de l’extérieur. 

Le terrible crash aérien qui vient d’avoir lieu dans notre zone nous interpelle et, même si la responsabilité de l’ASECNA n’est pas engagée (ce qui reste toutefois à établir), il doit retentir en nous comme un avertissement pour nous faire réagir. Notre opulence financière permet de continuer à faire semblant et de dissimuler pour l’instant la profonde dégradation de notre outil de travail avec en toile de fond des carences techniques réelles et croissantes mais pour combien de temps encore ? 

Nous espérons que vous saurez saisir l’importance de ce message en lançant au sein de vos réunions une profonde réflexion sur la nécessaire reprise en main de l’ASECNA mais en tout état de cause vous ne pouvez continuer à ne rien dire ni ne rien faire. 



Infos du jour |
Mosaïque |
Les Roses de l'Unité contre... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ADAM Vs KLAUS 2009 !
| Le blog de Madine France
| Relocalisation du collège J...